Le projet de la Gestalt est d’amener à vivre « librement qui je suis, dans l’environnement, autonome et en lien. De reconnaître mes besoins, les laisser émerger, de pouvoir y répondre avec qui je suis ».

C’est  regarder, en conscience, avec un éclairage extérieur ce qui se déroule, comment, avec qui, quand… C’est accueillir ce qui se présente, l’exprimer (verbalement, émotionnellement, corporellement) et aussi, c’est très important, d’expérimenter d’autres modalités.

La théorie est basée à partir de la psychanalyse et des mouvements phénoménologique, existentialiste et humaniste. Elle a une vision globale de l’individu. Le mental, le corporel, l’émotionnel, le sensoriel ne sont pas dissociables. La forme, la posture, l’expression, les silences, le psychosomatique, le somatique, l’émotionnel ont autant sinon plus d’importance que le discours lui-même, dans son contenu.

L’idée première est que l’individu ne peut être pris en compte que dans toutes ses dimensions et dans ses rapports avec l’environnement.

Thérapeute, en séance avec un client, nous co-construisons. Dans un groupe, chacun interfère et réagit, c’est une chaîne, un ensemble. De même, le lieu, les bruits, les couleurs, l’ambiance, les postures, les respirations, les qualités de présence, les souvenirs présents, les pensées tout est à prendre en compte et a de l’importance. C’est l’ensemble qui fait sens.